La Région de L'Ouest

La Région de l'Ouest est l'une des dix régions du Cameroun. Elle est le berceau des ethnies Bamiléké et Bamoun. La région se compose de 8 départements et compte plus de 1 982 100 habitants en 2013. Sa densité,124 habitants au km² en 2005, fait d'elle l'une des régions les plus densément peuplées du Cameroun, quasiment à égalité avec la région du Littoral. 

Ses principales villes sont Bafoussam (chef lieu), Mbouda, Bandjoun, Dschang, Bangangté, Foumban,  Bafang, Baham, Bamena.

 

Le relief, montagneux avec de nombreux plateaux et plaines, fait de l’Ouest est une des régions les plus agréables du Cameroun avec des paysages variées entre collines vallonnées et montagnes entrecoupées de rivières et de chutes monumentale. Elle offre des sites naturels des plus exceptionnels. 
 

Son climat y est équatorial de type Camerounéen, les températures oscillent en 15°C et 30°C degrés selon deux grandes saisons : une saison sèche qui va d'octobre-novembre à mars-avril, et une saison des pluies qui commence en mars-avril jusqu’en octobre-novembre. 

Le peuple Bamiléké

Certains prétendent que les Bamilékés seraient des descendants des baladis partis de l'Égypte au IXème siècle de notre ère . Ils arrivèrent en région Tikar vers le milieu du XIIème siècle avant de se diviser vers 1360 à la mort de leur dernier souverain unique, le roi Ndéh. Pour une raison restée encore inconnue jusqu’à nos jours, YENDE le prince héritier refusa le trône et traversa le Noun pour fonder Bafoussam. Sa sœur, quant à elle, ira dans la région de Banso (région « anglophone » du pays au Nord-Ouest).

 

Deux décennies plus tard, le frère cadet de YENDE, NCHARE descendra à son tour dans la plaine du Noun pour fonder le pays Bamoun.  

 

De Bafoussam naitront quasiment tous les autres groupements Bamilékés entre le XVème siècle et le XXème siècle. Plus tard, d’autres princes héritiers accompagnés de leur famille iront former leur propre clan, se ramifiant au fil des siècles tout en développant chacun sa propre langue à partir de celle de base: le Bamiléké dont les 5 déclinaisons  principales langues sont :

  • Le Ghom’a-lah (Grande Mifi)

  • Le Medumba (Le Nde)

  • Le Yemba(Menoua)

  • Le Ngombaa (Bamboutos)

  • Le Féfé (Haut-Nkam)


D'un point de vue spirituel, Les Bamilékés sont d'une grande complexité. L'ensemble de leur organisation religieuse traditionnelle est composée de pratiques d'initiations, de méditations et de rituels.

Leur organisation est en lien avec leur environnement. Les hauts plateaux Bamilékés de l’Ouest-Cameroun sont connus pour leur paysage de bocage. Dans ce contexte topographique de hauts plateaux étagés, caractérisé par une succession de collines dominées par quelques montagnes isolées pouvant dépasser 2 000 m d’altitude, l’exploitation du sol est fondée sur une judicieuse association de l’agriculture et de l’élevage du petit bétail. L’espace utile, support du peuplement et des activités est appréhendé au travers les distances et temps de déplacement entre les lieux sociaux et/ou de production (lieu de résidence, institutions traditionnelles, chefferie…). Ces lieux sociaux à partir desquels s’organise la vie des communautés locales sont eux-mêmes différenciés par rapport à leur position topographique : soit sur le haut (toutes parties hautes qu’elles soient sur colline ou sur montagne) ou vers le bas (dépressions, vallées, parties avals des versants). Cette conception dipolaire de l’espace a prévalu lors de l’occupation de la région et au découpage de l’espace en chefferies traditionnelles (une centaine de chefferies sur environ 6 000 km2). À l’intérieur des différentes chefferies, le découpage administratif traditionnel en quartier s’est largement appuyé sur les notions de haut et de bas. Il en a été de même pour l’implantation des unités d’habitation familiale, pour l’édification et l’extension des haies vives et pour l’aménagement paysager de l’espace.

Carte de la Région

  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube